Le choix d’Horace d’Hélène Louise : mon avis

Aujourd’hui je vais vous parler du livre Le choix d’Horace, écrit par Hélène Louise aux éditions de la Chimère. Cette nouvelle est une prequelle à Filigranes , le tome 1 de sa série Lysandre Chalhkill. J’avais hâte de découvrir le style d’Hélène avec qui je discute très souvent sur Instagram. J’étais également intriguée par les thématiques de l’intelligence artificielle et de découvrir une dystopie française

IMG-7117

♦ Résumé ♦

Horace aura vingt-et-un ans dans quelques jours. Enfin majeur, il va pouvoir quitter l’orphelinat de Fougères où il a vécu depuis sa naissance, en compagnie d’autres enfants métis, soumis comme lui à la charité des Résidents.
Les Résidents, ces Intelligences Artificielles qui partagent le quotidien des humains depuis le soulèvement de 1951, soit depuis plus d’un siècle et demi, assurent l’entretien et l’éducation de ces enfants nés d’unions illicites en échange de la réquisition régulière de leurs corps, seul moyen pour eux d’accéder à une forme vivante.
Horace est né de parents de deux races différentes et son physique inhabituel, mi félide mi nocto, le condamne au statut de basse caste. Et s’il va enfin échapper aux mains des Résidents en gagnant sa majorité, il devra également trouver moyen d’assurer sa subsistance dans ce monde qui réprouve sa naissance et son existence même…

♦ Mon avis ♦

Au début, j’avoue avoir été un peu perdue au milieu de toute la mythologie de l’univers très riche et notamment tous les types « d’humains ou de non-humains ». Mais très vite, je me suis attachée à Horace. Ce jeune anti-héros est mature, solitaire et j’ai beaucoup aimé sa relation avec la directrice de l’orphelinat et avec Alphonse bien sûr. Ce petit est mon coup de cœur absolu… j’ai eu envie qu’Horace le protège dès que j’ai fais sa connaissance. A travers l’expérience d’Horace qui vit sa dernière réquisition et du petit Alphonse qui débute dans cet univers, on découvre un avenir finalement peu radieux pour notre monde et l’IA.

A la fois je me sentais dans un endroit familier quand j’étais dans l’orphelinat avec Horace, cet endroit respire le cocon familial avec sa petite ferme même si les enfants sont cruels les uns avec les autres. A la fois on découvre un univers qui fait froid dans le dos avec tout le système des réquisitions, des abus, des « castes » et des abandons d’enfants metis.

ça nous renvoie à de possibles dérives de notre monde, autant du point de vue des origines de chacun (et de la pureté du sang) que sur l’évolution de l’intelligence artificielle. Cette dernière est traitée de manière inédite d’ailleurs. Finalement ‘IA » a gagné sa guerre contre l’Homme mais n’y a pas trouvé son bonheur et a besoin de l’Homme pour vivre des moments d’humanité…d’où les réquisitions. C’est intéressant comme hypothèse et c’est rafraîchissant. J’ai aussi apprécié qu’il y ai un récapitulatif du contexte au début du livre via l’extrait d’un livre d’histoire d’enfant.

IMG-7118

Le livre est bien construit car on découvre tout petit à petit en suivant Horace pour une entrée toute en douceur dans cet univers. Le style est fluide, les pages s’enchaînent s’en qu’on s’en rende compte.

Bref je ne vous raconterai pas plus de détails sur l’histoire car sinon je vous dévoilerai tout mais c’est le cœur lourd que j’ai quitté Horace et Alphonse. J’aurai aimé passer plus de temps à leurs côtés. J’ai donc bien envie de lire Filigranes… je vais me le procurer en ebook sur Amazon ou via Hélène.

***

Vous aimez les livres qui parlent de l’IA ? Celui-ci vous fait-il envie ?

Publicités

3 commentaires sur « Le choix d’Horace d’Hélène Louise : mon avis »

  1. Merci pour cette critique chaleureuse et pointue ! Je suis heureuse de voir que le point de vue des IA ne t’a pas échappé. Je ne les ai pas voulu simplistiquement mauvaises, mais simplement différentes et aspirant à une forme d’humanité…
    Si tu as envie de lectures dans ce thème, voici deux de mes récents coups de coeur, tous deux traduits (le premier demande un effort certain, du moins au départ, le deuxième est d’un abord beaucoup plus facile) : « La justice de l’ancillaire » de Ann Leckie et « L’espace dun an » de Becky Chambers.
    🙂

    Aimé par 1 personne

    1. Je note je note 🙂 Je te remercie ! Tu as su deceller chez moi cette envie de creuser ce thème sous bien des aspects et pas seulement via les stéréotypes habituels. Au plaisir de découvrir d’autres lectures sur ces thèmes dont on pourra échanger 😉

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s